Dans le cadre de la discussion générale qui a eu lieu mercredi matin 10 novembre à l'Assemblée,

pour l'adoption du budget des anciens combattants, où chaque groupe avait 5 minutes pour expliquer son vote, il a été procédé à l'examen d'un certain nombre d'amendements.
Au cours d'un débat dont vous pouvez prendre connaissance en cliquant sur le lien ci-dessous,
http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2010-2011/20110051.asp

Trois amendements ont été adoptés contre l'avis du gouvernement !

Il s'agit des amendements 157 rectifié (M. Beaudouin et la commission des finances) et 228 (MM. Hilmeyer Rochebloine et Nouveau Centre) majorant l'indice de la retraite du combattant de 2 points (et non plus un seul) au 1er juillet 2011.

Adopté par 119 voix contre 62 !

Un amendement No 230 du Nouveau Centre, portant l'allocation différentielle au seuil de pauvreté INSEE de 887 euros a également été voté, dans des conditions un peu rocambolesques et encore contre l'avis du gouvernement.

Enfin, un amendement 305, portant majoration de la pension des veuves de Grands Invalides a également été adopté.

Les députés du conseil parlementaire et ceux qui suivent régulièrement nos problèmes ont été particulièrement actifs, notamment MM. Néri, Rochebloine, Desallangre, Viollet, Gremetz..., et nous devons également signaler l'engagement favorable de députés que nous n'avions pas toujours entendus sur nos problèmes : MM. Guilloteau (UMP Rhône) Viguier (NC Eure et loir) qui sont également à l'origine du "rififi"...!

Falco y a été particulièrement agacé, et même ironique à l'égard de François Rochebloine.

Georges Colombier, qui a parlé de son intervention au congrès de la FNACA, comme s'il avait pu nous faire adopter ses explications sur le vide du budget, sous prétexte que nous ne l'avions pas sifflé (!!!!!...) a soutenu la position du gouvernement en défendant l'amendement gouvernemental à un point....

Mais le gouvernement et M. Falco sont restés intraitables pour ce qui concerne la campagne double et son décret absolument inopérant (ce n'est plus de la surdité c'est de l'autisme...) ainsi que sur la promesse oubliée d'attribuer la carte du combattant pour 120 jours de présence en Algérie, commencée avant le 2 juillet 1962.

Reste à savoir quelle sera la réaction du gouvernement ainsi "bousculé" et son comportement lors de la discussion qui va maintenant avoir lieu au Sénat.

PIC Digital, agence web de Biarritz Bordeaux Paris - http://www.pic.digital

Mentions légales