APPEL FINAL DU XXVIème CONGRÈS NATIONAL DE LA FNACA

Les 3000 délégués et observateurs du 26ème congrès de la Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (FNACA) réunis à Toulouse, dimanche 24 octobre 2004, remercient les organisateurs de Haute-Garonne et se réjouissent des progrès enregistrés par leur association spécifique dans tous les domaines.

Trente ans après le précédent congrès de Toulouse, qui voyait enfin, en 1974, l'avènement laborieux de la carte du combattant pour les anciens d'Afrique du Nord, ils regardent le chemin parcouru avec honneur et fierté.

Les délégués prennent acte positivement de la présence du ministre délégué aux Anciens Combattants, M. Hamlaoui Mékachéra, qui marque par sa venue à Toulouse l'attention que porte le gouvernement à la première association d'anciens combattants de notre pays.

Ils regrettent cependant que cette attention ne se traduise pas aussi concrètement qu'ils le souhaitent, par des mesures budgétaires qui donnent un véritable sens au droit à réparation pour ceux qui ont servi la Patrie avec générosité et loyauté.

En dépit d'une augmentation de 0,14%, le projet de budget pour 2005 ne contient aucune mesure nouvelle pour la première fois depuis de nombreuses années.

Les délégués du 26ème congrès de la FNACA, porteurs des aspirations légitimes du monde combattant, réclament solennellement :
- Le maintien du pouvoir d'achat des pensions militaires d'invalidité,
- Une revalorisation immédiate de la retraite du combattant,
- La création d'une allocation de solidarité pour les veuves d'anciens combattants aux ressources les plus modestes,
- Une augmentation substantielle des crédits sociaux de l'ONAC qui garantissent l'efficacité des secours en faveur des anciens combattants les plus démunis,
- L'octroi des bonifications de campagne à égalité de droits avec les autres conflits,
- L'abaissement de l'âge d'accès à la demi-part fiscale pour les anciens combattants,
- Le relèvement du plafond majorable de la rente mutualiste du combattant,
- L'octroi de la mention « Mort pour la France » pour tous les militaires morts en Algérie, Maroc et Tunisie entre 1952 et 1962.

Depuis plus de 40 ans, la FNACA s'est également beaucoup investie dans l'accomplissement du Devoir de Mémoire.
Les délégués du 26ème congrès, sensibilisés par les échos médiatiques les plus divers autour de la guerre d'Algérie, demandent au ministre délégué de lancer sans retard la collecte des témoignages des anciens combattants en Afrique du Nord.

Ils souhaitent également que la FNACA, seule association spécifique des anciens combattants en Afrique du Nord, soit associée aux travaux de la Fondation pour la Mémoire de la guerre d'Algérie qui doit être créée dans le cadre de la Loi votée le 11 juin 2004 par l'Assemblée Nationale et en instance au Sénat.

Première association à se préoccuper de l'hommage qui doit être rendu à la mémoire des militaires morts pour la France en Algérie, Maroc et Tunisie, et longtemps la seule, la FNACA à choisi dès 1963 la date du « cessez-le-feu » officiel du 19 mars 1962, approuvé à la demande du président de la République de l'époque, le général De Gaulle, par 90,7 % des Français.

Après plus de 40 ans de commémorations qui ont démontré l'attachement de nos compatriotes et l'engagement de plus de vingt mille conseils municipaux, la FNACA n'entend pas renoncer à la reconnaissance officielle du 19 mars, en dépit des manœuvres de toutes sortes qui ont abouti au choix d'une autre date sans aucune signification historique.

Du plus profond des 3600 comités locaux et départementaux de la Fédération représentés dans ce 26ème congrès, monte cette revendication unanime qui s'exprime ici, à Toulouse, avec force :
«  Faites du cinquième jour de décembre ce qu'il vous plaira de faire, mais il n'y a qu'une seule et unique date susceptible de répondre à la fois aux exigences de l'Histoire et à l'esprit de recueillement qui nous anime, c'est celle du 19 mars ! »

Toulouse, le 24 octobre 2004

PIC Digital, agence web de Biarritz Bordeaux Paris - http://www.pic.digital

Mentions légales