Sous la pression, le gouvernement a lâché deux points !

Après l'adoption du projet de budget des anciens combattants par l'Assemblée nationale, dans la nuit du 8 au 9 novembre 2005, la FNACA prend acte de l'avancée modeste que constitue la revalorisation dedeux points d'indicepour laretraitedu combattant.

La protestation des anciens combattants, notamment après les rassemblements du 7 novembre devant les Préfectures décidés par la FNACA, a contraint le gouvernement à amorcer enfin le rattrapage qui avait été promis par le ministre délégué en 2002, sur la durée de la législature.

Bloquée depuis 1978 à l'indice33, soit l'équivalent de 36 euros par mois, le monde combattant unanime réclame toujours un réajustement à48points, soit 52 euros par mois.

La FNACA déplore cependant la manœuvre budgétaire qui consiste à reporter au 1er juillet 2006 l'application de cette mesure, alors que le budget de l'exercice s'applique normalement au 1er janvier.

Les anciens combattants ressentiront très négativement cette mesquinerie de dernière heure, et agiront avec vigueur pour que ce premier résultat de leur action soit véritablement le début d'une revalorisation sérieuse de leur droit à réparation.

La FNACA regrette que l'amendement relatif à la création d'une allocation différentielle de solidarité en faveur des veuves les plus démunies, qui avait été adopté à l'unanimité par la commission des finances, ait été retiré de la discussion sous la vague promesse de la constitution d'un « groupe de travail ».

De même, aucune des autres revendications du monde combattant n'a été prise en considération lors de ce débat.

La FNACA demande aux sénateurs de tout mettre en œuvre pour apporter les améliorations qui s'imposent à ce projet de budget pour 2006, en particulier en faveur des veuves d'anciens combattants en difficultés, oubliées, en dépit des grandes déclarations sur la reconnaissance qui leur est due.

Paris, le 9 novembre 2005

PIC Digital, agence web de Biarritz Bordeaux Paris - http://www.pic.digital

Mentions légales