27e congrès national de la FNACA, Lyon, Palais des congrès, 20 -22 octobre 2006

Appel final du 27e congrès

Les 3500 délégués, observateurs et épouses, rassemblés à Lyon à l'occasion du 27e congrès national de la FNACA, adressent un fraternel salut à tous les anciens combattants en Afrique du Nord de France et plus particulièrement à tous les rappelés qui, il y a 50 ans exactement, crapahutaient  dans les djebels d'Algérie.

Aucune œuvre cinématographique à leur sujet n'ayant suffisamment ému les gouvernements qui se sont succédé depuis 1962, les anciens de la 3ème génération du feu dressent encore aujourd'hui le bilan de leurs insatisfactions en matière de droit à réparation.

Si le 27e congrès de la FNACA ne peut que se réjouir de la décision récente visant à la décristallisation totale de la retraite du combattant et des pensions d'invalidité des anciens combattants des pays de l'ex-Union française, il rappelle que l'injustice qui perdurait depuis 1959 était régulièrement dénoncée par toutes les associations d'anciens combattants de notre pays.

Les anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie rassemblés au sein de leur organisation spécifique, la FNACA, première association nationale, forte de ses 370 000 adhérents, prennent acte de la nouvelle majoration de deux points d'indice de la retraite du combattant, ainsi que l'augmentation des crédits sociaux de l'ONAC, prévus au projet de budget 2007, qui sera examiné le mois prochain.

Ils regrettent cependant que le ministre délégué aux anciens combattants n'ait pas obtenu plus tôt les moyens de rattraper un retard qui était estimé à 15 points au début de cette législature et dont le financement était garanti par le simple maintien du budget à un niveau constant.

Le 27ème congrès salue la présence à Lyon, des représentants de tous les groupes politiques du Parlement et les engage à proposer et à voter le moment venu, les amendements qui s'imposent.

Il déplore notamment que le projet de budget ne contienne aucune disposition en faveur des veuves d'anciens combattants les plus démunies, pour lesquelles il est urgent de créer une allocation différentielle de solidarité.

Il demande au ministre d'accélérer la communication de ses conclusions après la fin des travaux du groupe de réflexion qui a été mis en place à cet effet, conformément aux engagements pris devant le Parlement à  l'automne 2005, et de doter le budget de l'ONAC des moyens nécessaires.

Enfin, le 27e congrès décide de saisir l'occasion des élections présidentielles et législatives du printemps de 2007, pour contacter les candidats, qui devront s'exprimer clairement sur les autres questions qui préoccupent toujours les anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie, telles :

- Le maintien du pouvoir d'achat des pensions militaires d'invalidité,


- Une augmentation substantielle des crédits sociaux de l'ONAC qui garantissent l'efficacité des secours en faveur des anciens combattants en difficulté,


- L'octroi des bonifications de campagne à égalité de droits avec les autres conflits,


- L'abaissement de l'âge d'accès à demi-part fiscale pour les anciens combattants,


- Le relèvement du plafond majorable de la rente mutualiste du combattant,


- L'octroi de la mention « Mort pour la France » pour tous les militaires morts en Algérie, Maroc et Tunisie entre 1952 et 1962, ayant servi loyalement la République.

Le congrès appelle tous les anciens combattants en Afrique du Nord à manifester devant les Préfectures de France, le jeudi 9 novembre prochain à la veille de la discussion budgétaire.

Le 19 mars 2007, à midi, il y aura 45 ans que les combats ont cessé officiellement en Algérie.

Le 27ème congrès national de la FNACA réaffirme solennellement son attachement indéfectible à cette journée de commémoration choisie dès 1963 pour honorer la mémoire des 30 000 militaires morts ou disparus dans les combats d'Afrique du Nord.

Il n'aura de cesse de réclamer avec force le respect de l'Histoire, pour ce conflit comme pour tous les autres, et par conséquent l'abrogation de toutes les dispositions qui ont officialisé le choix aberrant d'une date sans aucune signification, ce qui n'a jamais été imposé pour aucune autre commémoration.

Il engage ses 3600 comités locaux et départementaux, les 370 000 adhérents et leurs familles, la population et notamment les jeunes,   les élus locaux et nationaux à participer aux cérémonies du souvenir et du recueillement qui auront lieu dans toute la France à l'occasion du 45e anniversaire du cessez-le-feu, le lundi 19 mars 2007.

Ils démontreront ainsi, une fois de plus, que seule la date du 19 mars est historique, populaire et légitime !

Lyon, le 22 octobre 2006

PIC Digital, agence web de Biarritz Bordeaux Paris - http://www.pic.digital

Mentions légales