La FNACA ne s'associe pas aux cérémonies du 5 décembre

À la veille de la journée dite " nationale " du 5 décembre, consacrée au souvenir des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie, la FNACA, seule association spécifique des combattants en Afrique du Nord, forte de370 000adhérents, rappelle qu'elle ne participe pas à ces manifestations.

Décidée arbitrairement par le gouvernement en 2003, cette journée totalement dénuée de sens historique, ne peut que contribuer à la confusion à une époque où la Nation a plus que jamais besoin de repères.

Après que le secrétaire d'État a affirmé récemment son hostilité à " la guerre des mémoires ", la FNACA déplore le crédit ainsi implicitement accordé aux détracteurs du 19 mars, hostiles à cette commémoration comme ils l'étaient déjà en 1962 dans la mouvance de l'OAS.

La FNACA rappelle à cette occasion son attachement indéfectible à la date du 19 mars 1962, cessez-le-feu de la guerre d'Algérie, approuvé par 90,7 % des Français au référendum du 8 avril 1962, voulu par le général De Gaulle et confirmé récemment encore par un sondage d'opinion qui montre que 86% de nos concitoyens sont favorables à l'officialisation de cette journée de recueillement.

Elle prend acte des déclarations du secrétaire d'État aux anciens combattants qui, s'appuyant sur les positions du président de la République, assure vouloir garantir " le bon déroulement " des cérémonies du 19 mars prochain, journée jugée" digne de commémoration ".

Paris, le 4 décembre 2007

PIC Digital, agence web de Biarritz Bordeaux Paris - http://www.pic.digital

Mentions légales