Communiqué du Comité National de la FNACA

Il y a 50 ans la guerre d'Algérie vivait ses ultimes soubresauts, se préparant difficilement à éteindre ses derniers feux.

Le 19 mars 1962, un télégramme de quelques mots du général Ailleret donnait l'ordre à toutes les unités d'avoir à cesser les combats à midi, en application des accords conclus la veille à Evian.

Il n'est pas une famille française qui n'ait pas été concernée par ce conflit qui faisait suite aux combats de Tunisie et du Maroc.

Le Comité National de la FNACA, réuni à Paris les 10 et 11 janvier 2012, salue la Mémoire des 30 000 militaires français, morts pour la plupart à 20 ans, qui n'ont pas connu la joie du retour au Foyer.

Il invite les Françaises et les Français, anciens combattants ou non, élus, autorités civiles et militaires, à s'unir dans le Souvenir de leur sacrifice, à l'occasion du 50e anniversaire du cessez-le-feu du 19 mars 1962.

Le Comité national, parlant au nom des 350 000 adhérents de la FNACA, demande au Président de la République et au Gouvernement, d'oublier un instant les joutes de la campagne électorale pour s'associer à cet hommage solennel.

Pour la FNACA, comme pour l'immense majorité des Français, nulle autre date que le 19 mars, anniversaire du cessez-le-feu officiel de 1962, ne saurait mieux convenir pour honorer les disparus et célébrer le retour à la Paix.

La FNACA entend bien solliciter l'adhésion des principaux candidats à l'élection présidentielle sur ce point capital, comme sur la satisfaction complète des revendications en cours.

Chacune ayant sa signification propre, elle rappelle son attachement à toutes les dates de Mémoire, et par conséquent, son opposition résolue à tout "Mémorial Day" à la française, dérive qui risque de se produire avec le nouveau sens donné à la commémoration du 11 novembre.

Prenant acte de la revalorisation de l'indice de la retraite du combattant à 48 points, le comité national de la FNACA regrette que son application soit différée au 1er juillet 2012, l'Assemblée ayant annulé les améliorations apportées par le Sénat.

Il importe également que l'Allocation de Solidarité en faveur des conjoints survivants soit rapidement élevée au niveau du seuil de pauvreté européen, soit 954 euros mensuels.

Enfin, le gouvernement doit respecter au plus vite les positions qui ont été prises pour l'attribution de la carte du combattant au delà du 2 juillet 1962, pour toute présence de 120 jours en Algérie commencée avant cette date.

Le Comité national a rendu un vibrant hommage à la Mémoire de Wladyslas Marek, président national de 1975 à 2011, décédé le 24 septembre dernier.

Souvenir des disparus, respect des Droits des survivants, tels sont toujours les objectifs de la FNACA, première association nationale d'anciens combattants et victimes de guerre fondée en 1958.

Paris, le 11 janvier 2012

PIC Digital, agence web de Biarritz Bordeaux Paris - http://www.pic.digital

Mentions légales