Le Bureau National de la FNACA s’est réuni à Paris, le 18 septembre 2019, pour examiner les réponses du Premier Ministre aux questions que le Comité national du 16 mai dernier avait l’intention de lui faire poser.

Le Bureau National constate avec amertume que le chef du gouvernement n’aurait pas le temps de recevoir la première association d’anciens combattants de notre pays, regroupant encore plus de 280 000 membres.

Selon l’adage qui dit “il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour”, la FNACA attend du gouvernement qu’il n’oublie pas les victimes de guerres comme il a été “oublié”, à la formation de ce gouvernement, de créer un poste ministériel spécifique conformément aux engagements de campagne du président de la République.

La lente érosion démographique des effectifs du monde combattant dégage des marges budgétaires qui doivent permettre de répondre aux demandes non satisfaites, pour mettre un terme au contentieux qui perdure depuis des années sur certains points.

Le bureau National de la FNACA se félicite du succès de la campagne de lettres au Président de la République, dont des dizaines de milliers d’exemplaires ont déjà été remis à l’attention du premier ministre en vue de le sensibiliser sur les demandes toujours en suspens, notamment les bénéfices de campagne, la demi-part fiscale injustement supprimées aux veuves d’anciens combattants, etc…

Le projet de Loi de Finances pour 2020 qui sera révélé à la fin de ce mois, fera l’objet d’une étude attentive à cet égard.

Tous les groupes parlementaires sont invités à envoyer un représentant pour en débattre à l’occasion du Conseil parlementaire de la FNACA, qui se tiendra le 9 octobre à Paris.

 

 

Paris, le 18 septembre 2019

PIC Digital, agence digitale, création de sites web - https://www.pic.digital

Mentions légales