Le 32e congrès national de la FNACA s'est achevé le 16 octobre à Bourg en Bresse en présence de plus de 2400 personnes et du secrétaire d'Etat chargé des anciens combattants et de la mémoire, ainsi que de nombreuses personnalités.
Guy Darmanin a été réélu président national et le bureau national compte désormais une veuve en son sein.
La Motion finale ci-après à été adoptée à l'unanimité.

 

APPEL FINAL du 32e congrès national

BOURG EN BRESSE, 16 octobre 2016

 

                Les délégués et observateurs du 32e congrès national de la FNACA rassemblés à Bourg en Bresse du 14 au 16 octobre 2016, remercient les adhérents et les responsables de l’Ain, pour la qualité de leur accueil à l’occasion de ce rassemblement national.

A l’issue de leurs travaux, empreints de sérieux et de gravité, ils se félicitent de la progression du montant de la retraite du combattant contenue dans le projet de Loi de Finances pour 2017, qui se traduira par une augmentaion de 4 points de l’indice et par une revalorisation de 3% de la valeur du point au cours de l’année 2017.

Ils prennent acte avec satisfaction du ralentissement de la baisse, incessante depuis quinze ans, des moyens consacrés au droit à réparation.

Considérant l’érosion démographique qui frappe désormais la troisième génération du feu, les délégués du 32e congrès affirment qu’il est possible de satisfaire les revendications sans dépenses supplémentaires.

C’est ainsi qu’ils rappellent l’urgence de mesures toujours d’actualité telles que :

•     Un niveau décent de ressources assuré par un complément de l'Aide sociale de l’ONAC  en faveur des conjoints survivants et des anciens combattant les plus démunis.

•     Une juste indexation des pensions militaires d'invalidité, qui ne devrait pas être inférieure à celle du coût de la vie. L'indice INSEE des traitements bruts de la fonction publique ne prenant pas en compte les primes, la perte du pouvoir d'achat des pensions étant de 6,92% ces dernières années.

•     L'octroi des bonifications de campagne a égalité de droits entre combattants de tous les conflits, dont le décret du 29 juillet 2010, pratiquement inopérant, doit être réécrit pour que cesse la discrimination dont sont victimes les anciens d’Afrique du Nord,

•     Le relèvement du plafond de la rente mutualiste du combattant de l'indice 125 à l'indice 130,

•     La mise en œuvre effective des dispositions prévoyant la réparation des conséquences sanitaires des essais nucléaires français,

•     La pérennisation de l'Office national des anciens combattants, de ses établissements et de ses services départementaux de proximité avec les moyens humains, matériels et financiers.

 

1962-2017.

Il y aura 55 ans, le 19 mars 2017, dix années de conflits armés venaient de prendre fin en Afrique du Nord, pour lesquels près de deux millions de jeunes hommes avaient donné deux années de leur vie, en moyenne, avec abnégation, courage et sens du devoir !

Près de 30 000 d’entre eux ne devaient jamais en revenir…

55 ans plus tard, leur association spécifique, devenue et restée la première association nationale d’anciens combattants, entend toujours agir et témoigner.

Le 32e congrès national de la FNACA se félicite de la présence du président de la République, pour la première fois, à la Journée Nationale du souvenir et de recueillement du 19 mars 2016, intituée par la Loi du 6 décembre 2012.

Réaffirmant sa neutralité politique et son indépendance à l’égard de tous les partis, la FNACA déplore les prises de positions électoralistes et hostiles d’un certain candidat à la primaire des présidentielles, entretenant ainsi la guerre des mémoires en jouant avec la souffrance des acteurs des conflits d’Afrique du Nord.

                Respectant les douleurs des communautés Rapatriés et Harkis, la FNACA rappelle qu’elle entend s’exprimer aussi au nom des un million six cent mille Français qui ont eu la malchance d’avoir 20 ans quand c’était la guerre en Algérie et celui des trente mille familles dont l’enfant n’est pas rentré vivant au pays !

                Ils réitèrent leur exigence de ne voir figurer sur le Mémorial national de la guerre d'Algérie du quai Branly que les SEULS noms des militaires et supplétifs morts pour la France en Algérie, Maroc et Tunisie.


Les délégués et observateurs, représentant plus de 4000 comités de la FNACA, rassemblés à Bourg en Bresse confirment leur opposition à la date du 5 décembre, sans aucune signification historique, et proclament leur indéfectible attachement à la commémoration du 19 mars 1962 !

 

Fait à Bourg en Bresse, le 16 octobre 2016

PIC Digital, agence web de Biarritz Bordeaux Paris - http://www.pic.digital

Mentions légales