Bienvenue sur le site
de la FNACA

La FNACA, association spécifique de tous ceux qui ont participé entre 1952 et 1962 à la guerre d'Algérie ou aux combats du Maroc ou de la Tunisie, se devait de proposer un site web afin d'offrir à tous ses adhérents, à ceux qui ne le sont pas encore mais également à un public plus large soucieux de mieux connaître cette période de notre histoire, un outil d'information, de communication et de dialogue.

Le Journal de la Fnaca

une du mois

L'Ancien d'Algérie est le seul journal spécifique des anciens combattants en Afrique du Nord. Mais, au-delà de cet aspect, il constitue le lien direct entre la Fédération et ses adhérents.
Les personnes non adhérentes à la Fédération mais désirant recevoir son journal peuvent s'y abonner.

Vidéos de la Fnaca

L'actualité de la FNACA

MESSAGE DU 19 MARS 2020

Lundi 19 Mars 1962, le Cessez-le-feu proclamé en Algérie met fin à 10 années de lutte armée en Afrique du Nord. La veille, sur les ondes, d’une voix solennelle, Le président de la République, le Général de Gaulle annonce la fin d’une guerre militaire et civile en Algérie, une guerre orpheline marquée par l’usage de la terreur et de la torture dans les deux camps, un chancre qui pourrit tout, une boîte à chagrins. Solution du bon sens, l’emportant sur la frénésie des uns et l’aveuglement des autres, Ce Cessez- le-feu s’inscrit dans la continuité d’un processus conduisant à l’indépendance de l’Algérie. L’homme de l’Appel Historique du 18 JUIN 1940, Classé par l’UNESCO sur la liste Mémoire du Monde, s’affirme être aussi l’homme de ce 19 Mars Mettant fin à 26 années de conflits dans lesquels la France avait été engagée. Exemplaires, déterminants, et retentissant dans le monde, ces actes d’engagement sur le futur perdurent dans notre mémoire collective. Les commémorer, c’est témoigner de son civisme. Sur ce monument, propice à la réflexion sur l’absurdité des guerres, sont gravés dans la pierre les noms de nos frères d’armes disparus sur cette terre troublée d’Algérie. Avec humilité, nous les honorons. Nous affirmons notre volonté de pérenniser leur mémoire. Enfants de la Seconde Guerre mondiale, Ils haïssaient la guerre. D’un trop rapide passage de l’enfance à l’adolescence, ils étaient le Sel de la Terre. Ils étaient le blé qui lève, promesse d’une fructueuse récolte. Très jeune, ils ont acquis le sens de l’Honneur et du Devoir. A 20 ans, le temps des armes Faire la guerre, sont envoyés.  Dans l’embuscade, sont tombés. Foudroyés, avec pour seul soutien celui de leurs compagnons d’infortune. Une douleur infinie…Un silence vide de toute vie. L’impossible oubli. Sur chaque nom, un visage : celui du frère d’armes aux angoisses et espoirs partagés. Fidèles aux institutions de notre République, ces fils de France ont consenti à l’ultime sacrifice. La reconnaissance due à tous ces militaires Mort pour la France   requiert l’enseignement de leurs valeurs dès le plus jeune âge. Que les enfants du temps présent s’interrogent et mettent des mots sur des maux. Ne pas laisser les esprits s’habituer à la guerre. La guerre, ce mal qui déshonore le genre humain, conduit l’humanité tout entière à sa perte tant il détruit chez l’homme son cœur et sa bonté, menace toujours sa dignité. Se souvenir, se nourrir des racines du passé, c’est passer de l’ombre à la lumière. C’est agir, pour un meilleur à venir. Une leçon d’Histoire pour une leçon de Vie ! Hommage et espérance, un indispensable relais. Aimer la France, C’est exprimer sa confiance en sa Jeunesse pour le triomphe de la Vie, préserver la Paix. Vive la République, Vive la France.   Le Comité national