Les Français plébiscitent la commémoration du 19 mars 1962, date du « cessez-le-feu » de la guerre d'Algérie contre l'avis du gouvernement !

À la demande de la Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (FNACA), et de son journal « L'Ancien d'Algérie », l'IFOP a procédé à un nouveau sondage sur  la date de commémoration en hommage aux victimes des combats d'Afrique du Nord.

L'étude a été effectuée les 1er et 2 février 2007 auprès d'un échantillon de 1057 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.

Elle révèle que près de 9 Français sur 10, (89 %), sont favorables  à l'organisation chaque année d'une cérémonie du souvenir, officielle et nationale, à la mémoire des soldats français tombés en Afrique du Nord, pendant la guerre d'Algérie notamment.

À la question posée sur le choix de la date de commémoration, ils confirment et accentuent à 86%, l'adhésion déjà massivement exprimée en faveur du 19 mars, en référence au 19 mars 1962, date du cessez-le-feu ayant mis fin officiellement à la guerre d'Algérie, contre 13 % pour la date du 5 décembre, date de l'inauguration du Mémorial national par le président de la République, en 2002.

Cette étude confirme une fois de plus le rejet massif de la journée du 5 décembre, sans aucune signification historique et pourtant imposée par le président de la République comme journée « officielle » par décret du 23 septembre 2003.

Déjà, à cette date, un sondage « IFOP » avait confirmé le choix de 79 % des Français en faveur du 19 mars.

Une analyse détaillée du sondage réalisé par l'IFOP, montre que cette adhésion très majoritaire à la commémoration du « cessez-le-feu » du 19 mars 1962, traverse toutes les sensibilités politiques et toutes les tranches d'âge, le pourcentage de 91 % étant atteint chez les moins de 35 ans.

À l'approche du 45ème anniversaire du « cessez-le-feu », le 19 mars prochain, la FNACA regrette que le gouvernement persiste dans son erreur en refusant la participation des autorités civiles et militaires aux cérémonies qui seront organisées dans toute la France.

Elle lui demande, comme à tous les candidats à l'élection présidentielle, de se conformer, sur ce point, à l'avis ainsi exprimé par l'immense majorité des Français.

Paris, le 15 février 2007

PIC Digital, agence web de Biarritz Bordeaux Paris - http://www.pic.digital

Mentions légales